Le féminin et le masculin, une approche du management innovante

Regardons comment ces deux notions peuvent nous aider à envisager le management d’aujourd’hui et de demain dans une vision plus relationnelle, voire holistique ?

Les polarités féminines et masculines dans le management, une approche innovante

Et pourtant, cette thématique n’est pas liée au genre.

Hommes et femmes travaillent ensemble dans des groupes professionnels, des organismes. J’utilise ce terme à dessein car ils sont comme un grand corps vivant. Il bouge, s’organise, se développe, croit ou pas, ses éléments humains étant comme autant de cellules qui le constituent.

Les équipes, formant comme des organes, le tout s’articulant au gré de ces mouvements internes et influences externes. Le tout teinté d’une culture propre à l’organisme et la société dans laquelle il s’inscrit, dans le cadre d’un environnement instable et évolutif.

Une organisation qui se compose d’une structure (hiérarchie, organigramme, règles de fonctionnement) qui pourrait en représenter la partie masculine et de personnes et d’échanges représentant la dimension féminine, complémentaire.

Mais que représente ces dimensions ?

Reprenons quelques éléments sur ce que représente le féminin et le masculin en termes de polarité et d’énergie ; et l’héritage dont, au-delà de l’entreprise, chacun(e) peut encore être porteur(se) aujourd’hui qu’il(elle) va rejouer plus ou moins consciemment dans l’entreprise en endossant des rôles qui deviennent obsolètes.

Les hommes et les femmes sont encore enfermés dans des rôles qui sont définis depuis des siècles. Ces rôles, aujourd’hui, ne sont plus des repères identitaires car avec les bouleversements depuis les années 70, ils se sont dilués.

Les anciens modèles ne fonctionnent plus, même si nous sommes encore nombreux à tenter de nous y accrocher dans une tentative de nous réassurer, de pacifier nos angoisses existentielles et nos questionnements. Il est temps de prendre le risque de revisiter les représentations de nos héritages, de nos fonctions, de nos actes. Y compris et surtout dans le monde professionnel.

Polarités féminines et masculines

Il est intéressant alors de nous interroger à travers le prisme des polarités féminines et masculines et de réhabiliter des valeurs, des vertus, des dimensions de l’être qui ont été gommées ou condamnées au travers les siècles, c’est à ce prix que nous pourrons nous adapter aux bouleversements environnementaux et aux enjeux autant économiques qu’écologiques.

Hommes et femmes possédons ces deux polarités (animus et anima²). Souvent l’une plus développée que l’autre selon son genre et l’utilisation préférentielle de l’un de nos hémisphères cérébraux.

  • La polarité masculine, (cerveau gauche) ayant trait au mental, la pensée, la logique, l’analyse, la connaissance, la rationalisation, la décision, la vision, le mouvement, l’action, la conquête, la force, le progrès, l’invention, la production, le pouvoir, la possession, la domination, la violence (liste non exhaustive).
    • C’est la polarité du faire.
    • Celle qui conduit les individus à imposer, imprimer leur trace dans le monde. A l’origine de la capacité de construire comme de détruire…
  • La polarité féminine (cerveau droit), quant à elle, est tout autre. C’est celle de la sensation, du ressenti, de l’émotion, de la réceptivité, du corps, de l’énergie (il ne s’agit pas ici d’E=MC2), de l’intuition, de l’inspiration, de la créativité, de l’imagination, de la douceur, de la délicatesse, de la sensibilité, de la beauté, des sentiments, de la rondeur, de la protection, du soin, de la confiance, de la patience, du ralentissement, de la présence, du mystère, de l’accueil, de la foi, de l’amour (liste non exhaustive).
    • C’est la polarité de l’être et de la relation.
    • C’est celle qui conduit à la solidarité entre les êtres, à la fraternité et la sororité, à la paix. »

Pas de bonne ou de mauvaise polarité !

Aucune polarité n’est ni bonne, ni mauvaise, pour peu que l’on en évite l’excès, elles sont complémentaires. La raison comme les émotions ont leur place dans l’entreprise. Même si la seconde a été longtemps muselée, par souci, croyait-on d’efficacité, l’on prend davantage conscience de l’importance du ressentir.

Pour ne citer qu’eux deux, les travaux et publications de Daniel Goleman sur l’intelligence émotionnelle et d’Antonio Damasio sur la conscience et le senti permettent de réhabiliter toute cette part de l’humain que l’on a longtemps niée au profit d’un cartésianisme réducteur qui a longtemps amputé les individus de leur propre sagesse.

Alors, le féminin et le masculin dans le management ?

Que doit-on regarder ou comprendre ? Quoi faire de ces informations ? Comment manager les individus à l’aune d’un prisme bien plus large qu’uniquement celui du diriger, du faire et de l’agir ?

Et à l’opposé, comment manager en intégrant une dimension plus relationnelle, sensitive et intuitive sans se prendre les pieds dans le tapis d’une trop grande porosité aux difficultés des autres ?

Comment placer le juste curseur entre diriger, écouter et prendre en charge ?

Que faire de l’empathie qui parfois envahit la scène et altère le jugement ? Comment recadrer, voire trancher sans blesser ?

Je rencontre régulièrement ces managers qui voulant bien faire, se questionnent, se torturent, ou abandonnent, ne sachant comment, finalement, accompagner les personnes dont ils ont la responsabilité à grandir et évoluer, en prenant le risque de les confronter ou de les décevoir.

Car, bien souvent l’on ignore que l’on projette sur la sphère de l’entreprise, notre propre histoire, à savoir notre rapport à l’autorité et la hiérarchie et notre rapport aux autres… Une complexité à regarder de plus près.

Carlotta Munier

son site internet : www.carlottamunier.com

Après 15 ans dans la communication et les ressources humaines, Carlotta a orienté ses activités dans l’accompagnement des individus et des organisations par la psychothérapie et la formation. Spécialisée dans les relations interpersonnelles elle s’est spécialisée dans les questions relatives à l’intimité et sa sexualité. A ce titre, elle a publié 3 ouvrages : « Sexualité féminine : vers une intimité épanouie », « sexualité masculine : puissance été vulnérabilité » et « le couple, l’intimité et la sexualité. ». Elle anime des groupes de thérapie, de supervision, des ateliers d’analyse de pratiques professionnelles à destination des directeurs et managers, et des stages de développement personnel. Elle exerce à Aix en Provence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de nous  

Le Cercle des Managers Eclairés est un programme de développement de la personnalité managériale, porté par la société MAXITALENTS.

Liens utiles 

Mentions légales
Politique de confidentialité
MaxiTalents

En savoir plus 

Tous droits réservés - 2021 © Cercle Managers Eclaires

By Romain Dias